La vie à la Robinson Crusoé

Le mardi sera notre journée transfert : Ferry pour Papeete puis bus puis petit avion pour rejoindre l’ «aéroport» de Huahine, deuxième ile étape de notre périple en Polynésie.

Nous arrivons sur le petit aéroport de Huahine en ayant en tête une adresse recommandée par un couple rencontré au camping de Mooréa. Mais là surprise : l’aéroport est tellement petit et l’île tellement sauvage qu’il est impossible d’y trouver un transfert sauf vous avez prévenu votre hôte de votre arrivée. Mais par chance une hôtesse d’Air Tahiti nous prend en amitié et nous dégote un chauffeur qui va tout comme nous au Sud de l’ile (l’aéroport se trouvant à l’extrême nord). Autre ile, autre décor, Huahine est une ile très peu peuplée et par conséquent beaucoup plus sauvage. Les contours sont très découpés et les terres agricoles. Nous en prenons une fois de plus plein les yeux tout le long de la route sinueuse menant à notre hébergement . Le camping petit coin de terre à la Robinson Crusoé nous permet de découvrir ce qu’est la vie à l’autre bout de monde en pleine nature. En effet, Christelle, une bretonne mariée à un polynésien (Terii) s’est installée ici il y a dix ans et l’ambiance qui règne dans son camping nous donne l’impression de partager leur vie quotidienne.

Ses kayaks et vélos étant à notre disposition nous en profitons pour plonger et découvrir d’autres variétés de poissons et de coraux notamment le corail jaune. Un snack juste à coté nous sert de cantine et nous nous régalons de poulet citron, poisson crus à la polynésienne (en réalité cuit par le citron), de thon grillé … Entre baignade, sieste au soleil (à ce stade nous sommes entre le rouge et le très bronzé selon les parties du corps), lecture et kayaks, la vie s’écoule paisiblement sous les alizés des mers du sud. Nous nous endormons chaque soir bercés par le bruit des vagues du large s’écrasant sur la barrière de corail laissant apparaître des traces d’écume.

Le deuxième jour nous retrouvons des copains du camping de Moorea, le camping est tout de suite plus animé à notre grand plaisir. Une visite d’une fabrique de paréo plus tard, et d’un artiste local nous retrouvons le chemin des fonds marins ou chaque jour révèle de nouvelles surprises dans ces lagons d’une rare biodiversité. Nous avons l’impression de nager dans un aquarium géant. Que c’est bon de vivre ces quelques jours au paradis, passer du temps à ne rien faire, juste à profiter de la vie, de l’amitié et de la nature.

Nos soirées sont «rythmées» par des parties de tarot «polynésien» endiablées avec toujours dans la tête cette sensation rare de dépaysement et la prise de conscience d’être, un peu, perdus au bout du monde.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s